Un appart gratuit pour deux heures de transports en moins

Infirmière et aide soignante à l’hôpital Tenon à Paris, Akanda Biligui et Virginie Duquesne sont logées gratuitement depuis plus de trois semaines dans un appartement tout près de leur lieu de travail. La propriétaire, Marie Giffard a mis à disposition son logement pour soutenir les deux soignantes en première ligne face au Covid-19.

Des livraison de repas, des messages de remerciement suspendus aux balcons, des applaudissements et des concerts de casseroles tous les jours à 20h : depuis plusieurs semaines les gestes de soutien et hommages aux personnels soignants se multiplient. Depuis le 16 mars, date de l’allocution d’Emmanuel Macron dans laquelle les “héros en blouse blanche” sont célébrés, des particuliers proposent sur les réseaux sociaux de louer gratuitement leur logement vide aux personnels soignants.

Voilà plus de trois semaines qu’Akanda Biligui et Virginie Duquesne, infirmière et aide-soignante à l’hôpital Tenon à Paris, occupent gratuitement l’appartement de Marie Giffard qui a préféré vivre le confinement hors de la capitale. Situé à moins de 5 minutes à pied de leur lieu de travail, le logement est une vraie aubaine pour Virginie. “J’habite près de Melun à 1h en voiture de l’hôpital. Je voulais me rapprocher du travail.” Même situation pour Akanda : “De chez moi, à Versailles, pour aller jusqu’à mon boulot je mets 2h, et ça c’est quand je n’ai pas à attendre mon train !” Et d’ajouter : “En plus je suis du soir et avec le Covid-19 je finis souvent tard.” Dans ces conditions, difficile pour la soignante de rentrer chez elle tous les soirs. “Gérer la charge de boulot et en plus se dire qu’après il faut prendre les transports, non merci. Cet appart c’est des tracas en moins”, lâche-t-elle. 

Une location particulière

Quand Akanda a appris auprès de ses collègues que des propriétaires louaient gratuitement leur logement aux soignants, elle est tout de suite allée se renseigner sur internet. “Je suis tombée sur le site de particulier à particulier (PAP) où j’ai trouvé plein d’annonces. La première personne qu’on a contactée c’est celle qui nous loue l’appartement aujourd’hui”, sourit-elle. 

C’est en voyant les offres de location se multiplier sur Twitter que Marie Giffard, la propriétaire, a voulu aider. Mais louer son chez-soi à des inconnus qu’on ne peut pas rencontrer n’a rien d’anodin. “J’avais besoin d’être rassurée. Au départ j’étais allée sur le site d’Airbnb mais il n’offrait pas de garanties suffisantes. J’ai fini par poster mon annonce sur le site de particulier à particulier qui me paraissait plus sûr”, précise Marie. 

Trois jours après, les deux soignantes entrent dans l’appartement

Une fois l’annonce postée, les choses sont allées très vites. “Le lendemain, j’ai eu Virginie au téléphone avec qui le courant est tout de suite passé. On a fait un état des lieux par vidéo et un ami s’est occupé de remettre les clefs.” Trois jours après la prise de contact, Akanda et Virginie s’installent dans l’appartement. “Je m’attendais pas à ce que ça aille si vite, elle a été hyper réactive et elle a su très vite avoir confiance. On a vraiment eu de la chance”, s’enthousiasme Virginie. Les deux collègues pourront rester dans le logement jusqu’à la fin du confinement. 

Mais pour les deux soignantes cela reste un déménagement atypique. “On prend juste une valise avec nos affaires pour la semaine de travail. Quand on est en repos, on rentre parce que retourner chez soi de temps en temps ça fait du bien”, confie Akanda. 

Photo : À gauche Virginie Duquesne et à droite Akanda Biligui.