Les actus oubliées du week-end

Les championnes du monde de football déboutées sur le terrain de l’égalité salariale, le décès d’un militaire français engagé au Sahel, la mort de plus de 40 détenus au Venezuela, l’interdiction des armes d’assaut au Canada ou encore un regain de tension entre les deux Corées… Voici les informations du week-end passées au second plan à cause du coronavirus.

Les Américaines, championnes du monde de football, ont été déboutées sur leur demande d’égalité salariale avec l’équipe masculine

800px-FIFA_Women's_World_Cup_2019_Final_-_US_team_on_podium_(4)
Les américaines ont remporté deux fois la Coupe du monde féminine de football, en 2015 et ici, en 2019. © Howcheng / Wikimédia commons

Le juge Gary Klausner de la Cour de Californie centrale a rejeté l’argument de discrimination salariale ce vendredi 1er mai. Il s’est notamment basé sur une proposition antérieure (en 2017) et refusée par l’équipe féminine pour être payée sur la même base salariale que leurs collègues masculins. Gary Klausner affirme ainsi que les plaignantes ne peuvent désormais pas considérer rétroactivement que leur convention collective soit pire que celle de l’équipe masculine, en se référant à des conditions de rémunération qu’elles ont elles-mêmes rejetées”, dans une décision de 32 pages analysée par l’AFP. Les revendications des joueuses sur l’inégalité de traitement dans le logement, les voyages et d’autres domaines sont renvoyées à un jugement ultérieur. Un second procès doit débuter le 16 juin prochain.

Les doubles championnes du monde en titre réclamaient 66 millions de dollars en arriérés de salaires, en se basant sur les primes versées par la FIFA aux lauréats des Coupes du monde. L’équipe de France masculine de football, vainqueur de la Coupe en 2018 a ainsi bénéficié de 38 millions de dollars de primes, tandis que l’équipe féminine américaine, lauréate en 2015 et 2019, n’a touché que six millions de dollars pour les deux compétitions.

La porte-parole des joueuses, Molly Levinson, a exprimé le choc et la déception des joueuses après la décision fédérale, tout en indiquant que l’équipe allait faire appel. La star de l’équipe et co-capitaine, Megan Rapinoe a également réagi sur Twitter : Nous n’arrêterons jamais de nous battre pour l’ÉGALITÉ”. Les Américaines ont bénéficié du soutien du candidat démocrate à l’élection présidentielle, Joe Biden, qui s’est adressé directement à la fédération américaine : Salaire égal, maintenant. Ou alors quand je serai président, vous pouvez aller ailleurs pour le financement de la Coupe du Monde.”

• Désormais 43 militaires français engagés au Sahel décédés

 

L’Élysée a annoncé samedi 2 mai le décès du brigadier Dmytro Martynyouk. Ce légionnaire de 29 ans, engagé au sein de l’opération Barkhane au Mali avait été grièvement blessé le 23 avril dernier par un engin explosif improvisé. Il est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital d’instruction des armées Percy, en région parisienne.

L’opération militaire Barkhane a été lancée le 1er août 2014, succédant à l’opération Serval déclenchée début 2013. Elle est menée au Sahel et au Sahara par l’armée française afin de lutter contre la menace terroriste et de stabiliser la région.

Venezuela : Une mutinerie en prison fait au moins 47 morts

47 détenus sont morts et 75 ont été blessés, dont plusieurs grièvement, dans la prison Los Llanos, à l’ouest du Venezuela. La députée de l’Etat de Portuguesa, Maria Beatriz Martínez, dans lequel se trouve le prison, a confirmé ces chiffres. Elle a relayé sur son twitter (voir image ci-dessus) les images des corps des prisonniers et des blessés. L’ONG de défense des droits des prisonniers Una ventana a la libertad” avance les mêmes chiffres. Ils ont qualifié l’événement de “massacre”.

Les circonstances du drame qui s’est déroulé vendredi 1er mai restent encore très floues. Selon les témoignages des familles et de prisonniers rescapés, la protestation aurait débuté à la suite du refus des surveillants de transmettre les colis alimentaires fournis par les familles. En raison de l’épidémie du coronavirus, les visites en prison sont fortement réduites. Les gardiens auraient alors ouvert le feu à la suite du soulèvement.

Une autre version affirme que la mutinerie est liée à une tentative d’évasion massive de la part des prisonniers. La ministre des Services pénitentiaires, Iris Varela, relaie cette version dans le quotidien Últimas Noticias. Elle indique qu’une enquête approfondie avait été ouverte et que le gouvernement fera preuve de fermeté à l’égard des responsables.

Les proches n’ont pas eu accès aux corps et l’identification des défunts s’est faite via des photographies. 

Le leader de l’opposition Juan Guaidó rappelle que le massacre s’est déroulé sous le contrôle et la responsabilité de la dictature” et que tant qu’ils continuent d’usurper les fonctions, la vie de tous les Vénézuéliens est en danger”L’office des Droits de l’Homme des Nations Unies se dit profondément préoccupé” par la situation et a appelé dans un tweet le gouvernement vénézuélien à enquêter, résoudre le surpeuplement et garantir les droits fondamentaux.

Les armes d’assaut bannies au Canada

 

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé vendredi 1er mai l’interdiction des armes d’assaut. Ce sont plus de 1 500 modèles d’armes à feu dont l’utilisation, la vente, le transport ou l’importation seront désormais prohibés. Ces armes n’ont été conçues qu’à une seule et unique fin : tuer le plus grand nombre de personnes le plus rapidement possible. Elles n’ont aucune utilité et elles n’ont pas leur place au Canada” a affirmé le Premier ministre lors de la conférence de presse

Une période d’amnistie de deux ans est toutefois mise en place pour permettre aux propriétaires des armes de se conformer à la nouvelle loi. Un projet de loi sera prochainement présenté pour leur assurer une compensation.

Avec cette décision, Justin Trudeau honore ainsi une promesse datant de son premier mandat en 2015. Le 19 avril dernier, le Canada a subi la pire tuerie de son histoire, avec 22 personnes tuées en Nouvelle-Écosse. Plus de 100 000 armes à feu de ce type seraient en circulation dans le pays.

La tension monte entre les deux Corées ?

South Korea Viewed from the North
La Joint Security Area, dans la zone démilitarisée entre les deux Corées. © John Pavelka / Flickr

Séoul a signalé ce dimanche 3 mai le tir sur son territoire de plusieurs coups de feu par la Corée du Nord. Un poste de garde sud-coréen a été visé sur la zone démilitarisée entre les deux pays. La Corée du Sud a riposté par deux séries de tirs et par un message de mise en garde”. L’état-major interarmées indique qu’aucune victime n’est à déplorer. Les causes de l’incident sont inconnues.

Ces échanges de tirs interviennent au lendemain de la réapparition du leader nord-coréen Kim Jong Un, après plus de trois semaines d’incertitudes sur son état de santé. En septembre 2018, le sommet de Pyongyang avait réuni le dirigeant nord-coréen et le président sud-coréen et avait donné lieu à plusieurs accords d’apaisement. La plupart n’ont cependant pas été appliqués.

Photo : Jamie Smed / Flickr